UF1 Pédagogie  

«  Éduquer : un métier impossible ? »

« Il y a trois métiers impossibles : éduquer, gouverner et guérir »

Sigmund Freud

Cet approfondissement tentera de répondre à cette question en évoquant les questions et les “outils” de l’éducateur. Nous partirons du texte (photocopié aux élèves) de Sigmund Freud, préface à l’ouvrage d’Auguste Aïchorn, Jeunesse à l’abandon, comme préliminaires à nos travaux. Par la suite, ce module se déclinera sous la forme d’une lecture dirigée de l’ouvrage de :

Jean-François GOMEZ, Un éducateur dans les murs. Poème anti-pédagogique pour le XXI e siècle, Paris, Téraèdre (col. Tains sociaux), 2004, que les stagiaires devront se procurer et lire, en partie, d’une séance à l’autre.

« Cet ouvrage, publié dans sa première édition en 1978, évoque le premier choc d’un éducateur avec les exigences de sa profession. Texte libertaire, à la fois pamphlétaire et poétique, il cherche à ouvrir cette part d’indicible d’un métier qui ne pourra jamais être normalisé ni contingenté. Nul fétichisme technique, nul truc de métier, nul tic de langage n’épuiseront la question et surtout pas une démarche intellectuelle. Éduquer n’existe que par l’éblouissement sauvage de la rencontre. C’est une invention perpétuelle où il faut retrouver l’usage de la langue et de la parole. Cette réédition, revue et corrigée, redonne accès à une œuvre toujours actuelle, qui s’attache à dire la singularité de ce “métier impossible” d’éducateur, sa confrontation parfois tragique avec la violence des institutions. »

(page 4 de couverture).

L’auteur, Jean-François Gomez a été éducateur en institution, éducateur en prévention spécialisée, psychomotricien, directeur d’établissement. Il consacre maintenant son temps à l’écriture, à la formation, et aux témoignages. Docteur en Sciences humaines, il a fréquenté amicalement les grands pédagogues du XX e siècle que furent, notamment, Deligny et Tosquelles.

Nous découvrirons tous ces grands hommes lors de nos lectures, comme des occasions pour revisiter leurs travaux, leurs approches, leurs pensées.

Nous aurons également l’occasion de prolonger nos échanges, directement avec l’auteur, lors d’un de ses passages par Strasbourg ou, à défaut, par le biais d’Internet.